Imprimer

Les uniformes français

 
 
Vers 1885 apparaissent des séries d’assiettes polychromes de forme lentille. L’une d’elles peut être facilement datée : les visiteurs de l’exposition de 1889 (éditée à cette occasion).
Cette fin du 19e siècle voit la montée du nationalisme et de l’esprit de revanche en France. La faïencerie de Sarreguemines dont la francophilie de la direction est bien connue participera au développement du phénomène, entre autres par l’édition de séries de 12 assiettes décoratives qui exaltent le patriotisme français. Des séries monochromes mais aussi de très belles séries polychromes dont les uniformes de l’Armée française que nous avons choisi de présenter ce mois-ci.
Même si depuis 1879, la faïencerie produit des assiettes à partir de chromos polychromes,
Image
Détail pris sur l'assiette n°1 et qui montre que les couleurs ont bien été posées au pinceau. certainement achetés à un éditeur parisien, la série que nous présentons a elle, ses couleurs appliquées au pinceau sur un dessin imprimé en bistre.
Les dessins étaient obtenus à partir de plaques de cuivre dont les reliefs impriment le décor sur des papiers dit "papier Joseph". Ce papier appliqué sur le biscuit à cru, y reporte le dessin. Pour améliorer le rendement un peintre n'appliquait qu'une seule couleur. La pièce faisait ainsi autant de postes de travail que de couleurs.
Image
Plaque de cuivre utilisée pour imprimer les décors des assiettes n° 1 et 2.. Elle est numérotée 4.825.

Titres des assiettes :

01- Régne de Louis XVI 1774-1789.
02- 1ère République Convention 1792-1795.
03- Directoire 1795-1799.
04- Consulat 1799-1804.
05- Napoléon 1er 1804-1814.
06- Napoléon 1er 1804-1814.
07- Louis XVIII 1814-1824.
08- Charles X 1824-1830.
09- Louis-Philippe 1er 1830-1848.
10- Seconde République 1848-1852.
11- Napoléon III 1852-1870.
12- Troisième République 1870.

On peut noter que le Premier Empire est la seule période qui se voit attribuer deux assiettes. Ceci nous montre encore une fois le culte voué à Napoléon Premier par la direction de la faïencerie.

Henri Gauvin