L'association Sarreguemines-Passions regroupe des collectionneurs de céramiques de Sarreguemines et des amateurs d'Art. L'association a pour finalité la mise en valeur et la promotion du passé faïencier, le patrimoine et les activités culturelles de la ville et sa région.

Dans ce cadre, l'exposition organisée du 10 mars au 13 avril cette année veut porter un éclairage sur une industrie locale, qui fut en son temps un des fleurons du patrimoine industriel de la cité.

 

 

HAWEB


"Luxe, glamour et poudriers"

 

La société HAWEB a été créée en 1933 par Monsieur Paul Hass, avec pour associé monsieur Weber céréalier à Sarreguemines d'où le nom de l'entreprise HA (as) WEB (er). Un autre ami viendra les rejoindre dans l'association : monsieur Bloch propriétaire des "moulins Bloch de Sarreguemines". Cet atelier produisait des "articles parisiens" (poudriers, tubes pour rouge à lèvres, brosses, peignes etc.).

C'est dans les locaux non employés des bâtiments du céréalier 28a rue Poincaré (au-dessus d'anciennes écuries) que s'installe la nouvelle société qui va connaître un essor constant jusqu'au début de la seconde guerre mondiale. En 1939, elle est évacuée dans la région de Limoges. En 1946 elle se réinstalle à Sarreguemines, continue à prospérer. En 1950 elle compte 60 employés et 75 en 1951.

En 1952 Paul Hass se tue dans un accident d'avion en rentrant d'un meeting aérien à Sarrebruck. Un syndic est désigné pour diriger l'entreprise et trouver un repreneur.

Ce n'est qu'en 1954 que Jean-Jacques Meysembourg (propriétaire des tuileries de Sarreguemines) se portera acquéreur de HAWEB. Il modernise l'affaire mais la concurrence internationale est rude en cette période d'après-guerre et en 1960 il est contraint de vendre à un consortium de grossistes le "groupe CORONA".

La production est alors surtout destinée aux maisons du "Luxe à la française". On citera Dior, Saint-Laurent, Courrèges, Coryse Salomé ou Lancôme pour les principaux.

En 1968, le siège parisien décide de regrouper ses filiales et l'atelier sarregueminois est fermé, les machines et le matériel envoyés à Verneuil-sur-Avre dans l'Eure.

Le 20 mars 2015, à 20h, cette histoire nous sera remise en mémoire par monsieur Jean Rondio un des acteurs de l'épopée de cette surprenante société.  Au cours d'une conférence-débat qui se tiendra dans le "Jardin d'hiver" du musée de la faïence de Sarreguemines il nous fera partager ses souvenirs.

Ce sera aussi l'occasion de débattre agréablement  dans une ambiance "cosy" autour d'un café, d'un thé ou autre selon les goûts.