Un livre sur les coquetiers susceptible de porter atteinte à notre réputation.

 

Nous avons été alertés par des collectionneurs de notre association sur les incohérences existant dans un livre récemment paru sur les coquetiers. Les énormités contenues dans la partie qui traite de Sarreguemines nous auraient fait rire si en fin d’ouvrage notre site n’était cité en référence et qu’il est le seul à traiter des céramiques de Sarreguemines. Ceci pourrait laisser croire  que nous avons fournis les renseignements ou partie des renseignements contenus dans ce livre et traitant de Sarreguemines ou que tout au moins les dits renseignements aient été trouvés sur notre site.  Une lecture attentive du site sarreguemines-passions.eu aurait évité d’écrire des "contrevérités". C’est dit en langage diplomatique mais mériterait un autre qualificatif.

Dans cet ouvrage, le chapitre "Sarreguemines" commence au bas de la page 14. Juste en dessous des photos de deux "services de 6 coquetiers à pieds en émaux de Longwy" que beaucoup de collectionneurs nous ont signalés comme faux.

La partie de l’introduction qui relate les débuts de la manufacture est pour le moins peu conforme à la réalité admise par les historiens locaux et les musées de la citée faïencière. Elle est particulièrement fantaisiste quant aux productions du début du 19e siècle. La page suivante nous montre des marques et des datations qui mériteraient un peu plus de précisions dans les dates présumées d’utilisation et la nature des céramiques qui les portent..

La première rangée de coquetiers nécessiterait aussi des précisions. Le premier coquetier qui est dit  décor "Strasbourg W" est en fait le décor réservé à la maison Weber de Strasbourg (inspiré des fleurs des fabriques Hannong de Haguenau et de Strasbourg). Le second est un coquetier d’un service décor Cluny  et il serait bon d’expliquer la raison de sa forme particulière. Le 3e est dit être un coquetier en faïence. Il est en réalité en porcelaine comme l’indique sa marque qui implique une production après 1918 et non pas entre 1875 et 1920. Son décor est le décor n° 17.

A la ligne de coquetier suivante le 3ème nous apprend qu’il existe un décor "Obernai Loux". L’explication nous est donnée en dessous, une explication qui fera rire les collectionneurs de Sarreguemines mais va faire frémir les historiens d’Henri Loux qui à l’invitation de Sarreguemines-Passions, sont venus récemment, au musée de la faïence de Sarreguemines, nous faire part de leurs dernières découvertes.

La ligne de 3 coquetiers du bas de la page présente des « coquetiers diabolos ».  Nom que donnent les collectionneurs de coquetiers aux pièces « double coupe » qui à Sarreguemines sont appelées "coquetiers de forme anglaise". Sur cette ligne celui de gauche a de forte chance de ne pas être de Sarreguemines, quant au coquetier Montmorency à droite, il est présenté avec une marque du décor Colmar.

La page suivante présente les mêmes incohérences, mais, c’est dans la partie basse que l’on atteint des sommets : on  peut comprendre que les Villeroy et les Boch ont depuis 1838 une production commune avec la manufacture U & Cie et pour illustrer cette collaboration on nous montre trois coquetiers récents qui doivent avoir été produits récemment à Mettlach.

Que dire encore de l’explication de la construction des succursales de Digoin et de Vitry-le-François et du mélange des changements intervenus dans les sociétés U&C et SDV pendant les deux Guerres mondiales. Pour aller plus loin encore dans la plaisanterie, nous apprenons que les coquetiers animaliers ont été créés par Théophile Fenal (1851-1905) lorsqu’il a pris le contrôle de la société SDV (en 1980) !!!. Là, il doit y avoir un mélange avec ceux reproduits à Vierzon,  (ligne de collection Marco Polo). Cette  usine acquise par Sarreguemines en 1973 sera revendue en 1980. Aucune mention par contre sur les surmoulages en porcelaine produits dans la région de Limoges et qui peuvent induire en erreur plus d’un collectionneur non averti.

Par contre en bas de la page 78, après le chapitre Sarreguemines, la rubrique Strasbourg nous montre un coquetier à décor peint qui semble bien être de Sarreguemines. Il est dit du 19e siècle ! Il serait bon de savoir quelle faïencerie strasbourgeoise a bien pu le produire !

Pour conclure chacun peut écrire ce qu’il veut à condition que ses erreurs ne puissent pas être imputées à d’autres. Sarreguemines-Passions regrette avoir été associée à cet ouvrage sans en être avertie. Nous aurions gratuitement comme c’est notre habitude, donné des renseignements sur la partie "Sarreguemines" ce qui aurait évité cet article.

Henri Gauvin

Dans un message qu'elle nous a adressé le 12/08/2012, la responsable du site internet de l’AFCOC nous demande d’insérer des précisions qui permettent d'identifier l'ouvrage incriminé:

…/… les erreurs que vous relevez ne font que confirmer le manque de sérieux du contenu de ce livre. J'ai bien peur que cela n'aille plus loin que la seule méconnaissance (ex. des photos de marques associées à des photos de coquetiers, alors que les 2 photos ne peuvent pas  concerner le même objet).
Par contre je souhaiterais que le livre concerné soit explicitement cité (titre, auteur, éditeur) de sorte qu'il ne puisse y avoir confusion…/…

Pour répondre à cette attente, nous précisons qu’il s’agit du livre titré « les coquetiers » auteur Joëlle GRANVOINNET édité par Sudarène éditions.